Bibliothèque des gens de la sunnah

livres islamiques
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
toolbar powered by Conduit
بسم الله الرحمن الرحيم
 
 
السلام عليكم و رحمة الله
 
Bienvenue dans notre forum
calendrier musulman
Derniers sujets
VideoBox
Cliquez sur l'image.
gallerie photos
Sondage
Combien de fois lisez-vous le coran ?
 Plus d'une fois par mois.
 Une fois par mois.
 De temps en temps (sans compter).
 Une foi par an.
 Jamais.
Voir les résultats
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Statistiques
Nous avons 33 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Ben Bouazza

Nos membres ont posté un total de 85 messages dans 69 sujets
Video Daylimotion
Les vidéos de Livreislam sur Dailymotion

Partagez | 
 

 Désensevelisement du puits de Zamzam par Abou Talib et le désaccord qu'il y eu à son sujet suivi du voeux d'Abou Talib de sacrifier l'un de ses fils.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zakaria
Admin
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Désensevelisement du puits de Zamzam par Abou Talib et le désaccord qu'il y eu à son sujet suivi du voeux d'Abou Talib de sacrifier l'un de ses fils.   Jeu 20 Jan - 15:32

بسم الله الرحمن الرحيم


Désensevelisement du puits de Zamzam et le désaccord à son sujet.

D’après Ibn Ishaq : 'Abd al-Moutalib raconte : j’étais endormi devant la Kaaba lorsque quelqu’un vint me dire (en vision) : « Creuse Taybah ! ».
«احْفِرْ طَيْبَةَ »

Je lui répondis : « Et qu'est-ce que qu'est Taybah ? » Mais il s'en alla.
Le lendemain, je retournais au même endroit et y dormis. Alors il revint et me dit : « Creuse Barrah !»
« احْفِرْ بَرَّةَ»

Je répondis : « Et qu'est-ce qu'est Barrah ? »Mais il s'en alla.
Le surlendemain je retournai à la même place et y dormis. Il revint et dit: « Creuse al-Madnûnah !»
«احْفِرْ الْمَضْنُونَةَ »

Je répondis : Qu'est-ce qu'est al-Madnûnah ? » Mais Il s'en alla.
La quatrième nuit, je retournai à mon endroit et y dormis. Il revint et dit: « Creuse Zamzam !»
«احْفِرْ زَمْزَمَ »

Je demandais : « qu'est-ce qu'est Zamzam? » Alors il répondit : « c’est un puits qui ne se tarit jamais et qui n'est jamais à sec ; il abreuve les nombreux pèlerins, il est entre I ‘excrément et le sang auprès du nid où vole le corbeau à I ‘aile blanche tout près de la fourmilière. »

لَا تَنْزِفُ أَبَدًا وَلَا تُذَمُّ، تَسْقِي الْحَجِيجَ الْأَعْظَمَ، وَهِيَ بَيْنَ الْفَرْثِ وَالدَّمِ، عِنْدَ نُقْرَةِ الْغُرَابِ الْأَعْصَمِ، عِنْدَ قَرْيَةِ النَّمْلِ.

Une fois que 'Abd El-Moutalib eut acquis la conviction que cette vision était véridique, et qu'il put situer l'emplacement exact du puits, il sortit un matin avec son fils El-Hâreth lbn 'Abd El-Mouttalib - il n'avait alors que ce fils - en prenant avec lui une pioche.
Il commença alors à creuser et, en touchant la pierre qui recouvrait la bouche du puits, il proclama la grandeur d'Allah.
En entendant son exclamation, les Koraïchites surent alors qu'il venait de trouver ce qu'il cherchait. Ils accoururent à lui et lui dirent : "Ô 'Abd El-Mouttalib, c'est le puits de notre père Ismaël ! Et nous avons des droits sur lui ; associe-nous avec toi à sa gestion".

يَا عَبْدَ الْمُطَّلِبِ، إنَّهَا بِئْرُ أَبِينَا إسْمَاعِيلَ، وَإِنَّ لَنَا فِيهَا حَقًّا فَأَشْرِكْنَا مَعَكَ فِيهَا

Il leur répondit : "Je ne le ferai pas, car c'est à moi que cet honneur fut réservé !".

مَا أَنَا بِفَاعِلِ، إنَّ هَذَا الْأَمْرَ قَدْ خُصِصْتُ بِهِ دُونَكُمْ، وَأُعْطِيتُهُ مِنْ بَيْنِكُمْ

Ils lui dirent : "Sois équitable avec nous, car nous ne te laisserons jamais tranquille et nous te la contesterons toujours".

فَأَنْصِفْنَا فَإِنَّا غَيْرُ تَارِكِيكَ حَتَّى نُخَاصِمَكَ فِيهَا

Il leur dit : "Etablissez un arbitre entre vous et moi et choisissez qui vous voudrez".

فَاجْعَلُوا بَيْنِي وَبَيْنَكُمْ مَنْ شِئْتُمْ أُحَاكِمُكُمْ إلَيْهِ

Ils dirent : "Nous choisissons la devineresse des Banou Sa'd Ibn Houdhai'm".

كَاهِنَةُ بَنِي سَعْدٍ هُذَيْمٌ

Il leur dit : "D'accord".

Alors Abd al-Mouttalib' accompagné par quelques hommes, de ses parents, de Bannu 'Abd Manâf et un représentant de chaque tribu de quraych, montèrent leurs montures, traversèrent une contrée déserte entre le Hedjaz et la Syrie, jusqu'à ce que 'Abd al-Mouttalib et ses compagnons épuisèrent leur eau et craignirent de mourir de soif.

Abd al-Mouttalib et ses proches demandèrent aux tribus de quraych, qui marchèrent avec eux, de leur donner de I ‘eau, mais celles-ci refusèrent en disant : « Nous sommes dans le désert aride, et nous craignons pour nous-mêmes ce qui pourra advenir ».

إنَّا بِمَفَازَةٍ، وَنَحْنُ نَخْشَى عَلَى أَنْفُسِنَا مِثْلَ مَا أَصَابَكُمْ

Lorsque 'Abd al-Mouttalib s'aperçut de I ‘attitude de ces gens, et prit conscience du danger qui le guettait lui et ses compagnons, il di à ceux-ci : "Je ne vois qu'une chose : que chacun de nous creuse son propre tombeau tant qu'on possède encore la force de le faire ; et à chaque fois que quelqu'un meure, nous l'enterrerons dans son trou, jusqu'à ce qu'il n'en reste qu’un sans enterrement. Laisser un homme sans enterrement, c’est mieux que de laisser tout un groupe. »

فَإِنِّي أَرَى أَنْ يَحْفِرَ كُلُّ رَجُلٍ مِنْكُمْ حُفْرَتَهُ لِنَفْسِهِ بِمَا بِكُمْ الْآنَ مِنْ الْقُوَّةِ، فَكُلَّمَا مَاتَ رَجُلٌ دَفَعَهُ أَصْحَابُهُ فِي حُفْرَتِهِ ثُمَّ وَارَوْهُ، حَتَّى يَكُونَ آخِرُكُمْ رَجُلًا وَاحِدًا، فَضَيْعَةُ رَجُلٍ وَاحِدٍ أَيْسَرُ مِنْ ضَيْعَةِ رَكْبٍ جَمِيعًا

Ils acceptèrent sa proposition en la qualifiant de sage.
Alors chacun se mit à creuser son tombeau, et ils s'assirent dans I ‘attente de la mort par soif.
Puis 'Abd al-Mouttalib se ravisa et dit à ses gens : « Par Allah, nous livrer ainsi à la mort de notre propre gré sans parcourir la terre et sans chercher à nous sauver par nous-mêmes est de I’impuissance. Puisse Dieu nous fournir de I ‘eau quelque part ! Partez donc ! »

وَاَللَّهِ إنَّ إلْقَاءَنَا بِأَيْدِينَا هَكَذَا لِلْمَوْتِ، لَا نَضْرِبُ فِي الْأَرْضِ وَلَا نَبْتَغِي لِأَنْفُسِنَا، لَعَجْزٌ، فَعَسَى اللَّهُ أَنْ يَرْزُقَنَا مَاءً بِبَعْضِ الْبِلَادِ، ارْتَحِلُوا

Ils s'apprêtèrent à partir, tandis que les représentants des tribus de Quraych regardaient ce que les compagnons de 'Abd al-Mouttalib étaient en train de faire.
Lorsqu’ils furent prêts à partir, 'Abd al-Mouttalib se dirigea vers son cheval et le monta.
Quand cette monture se mit en marche, une source d'eau douce jaillit sous son pied. Alors 'Abd al-Moutalib et ses compagnons crièrent : « Allah 'Akbar ! »
Puis il descendit de sa monture, lui et ses compagnons burent, et ils remplirent leurs antres.
Ensuite, il appela les représentants des tribus de Quraych et dit : « Venez à l'eau car Dieu nous a donné à boire, buvez et remplissez vos antres. »
Ils vinrent, burent et remplirent leurs antres ; puis ils dirent : « Par Allah, I ‘arbitrage est prononcé en ton faveur, ô 'Abd al-Moutalib ! Par Allah nous jurons de ne jamais vous contester au sujet de Zamzam. Celui qui t'a donné à boire cette eau en ce désert est en fait celui qui t'a donné zamzam. Retourne donc à ta siqayah (donne à boire aux pèlerins) le cœur serein. »

وَاَللَّهِ قُضِيَ لَكَ عَلَيْنَا يَا عَبْدَ الْمُطَّلِبِ، وَاَللَّهِ لَا نُخَاصِمُكَ فِي زَمْزَمَ أَبَدًا، إنَّ الَّذِي سَقَاكَ هَذَا الْمَاءَ بِهَذِهِ الْفَلَاةِ لَهُوَ الَّذِي سَقَاكَ زَمْزَمَ، فَارْجِعْ إلَى سِقَايَتِكَ رَاشِدًا

Il retourna, et tous retournèrent avec lui sans aller à la devineresse; et ils renièrent tout droit sur Zamzam.
Ainsi, la charge d’abreuver les pèlerins, fut assumé par Abd el-Moutalib, et ce jusqu'a ca mort.


Cet article est une retranscription des cours donné dans paltalk dans le salon "craignez Allah et Allah vous enseignera". Il est strictement interdit d'utiliser ces notes dans un but lucratif.




Dernière édition par Zakaria le Jeu 20 Jan - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livreislam.forumactif.com
Zakaria
Admin
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Le vœu de Abd el-Moutalib de sacrifier l’un de ses fils.   Jeu 20 Jan - 15:35

Abd el-Moutalib fait le vœu de sacrifier l’un de ses fils.

Ibn Ishaq a dit : D'après ce que rapportent les historiens, c'est qu'une fois que les Koraïchites eurent voulu contester à 'Abd El-Mouttalib la charge de Zamzam, qu'il fit le vœu, si Allah lui donnait dix enfants qui grandissent jusqu'à ce qu'ils puissent le défendre, de sacrifier l'un d'eux à Allah devant la Ka'ba.

Allah lui donna en effet dix enfants ; ce sont : El-Hâreth, Ezzoubayr, Hadjl, Dhirâr, El-Mouqawwim, AbouLahab, El-'Abbâs, Hamza, Abou Tâleb et 'Abdullah.
Une fois qu'ils devinrent en mesure de le défendre, il les rassembla un jour et leur parla de son vœu en leur demandant de l'aider à respecter la promesse faite à Allah.
Ils lui obéirent et lui dirent : "Que veux-tu que nous fassions ?".
Il leur dit : "Que chacun de vous prenne une flèche sur lequel il inscrit son nom puis venez me voir.
Ils firent ce qu'il leur ordonna, puis vinrent le voir. Il les fit entrer alors à l’intérieur de la Ka'ba, devant l'idole de Houbal, et procéda à un tirage au sort au moyen de flèches divinatoires.
Ce fut le nom de 'Abdullah, son plus jeune fils et aussi le plus cher à son cœur, qui fut tiré au sort.
Il prit donc son couteau et s'apprêta à l'égorger devant les statues de Isâf et Na’ila là où les Koraïchites avaient l'habitude de faire des sacrifices.
Mais les dignitaires de Koreïch accoururent de leur assemblée et lui dirent: "Que veux-tu faire ô 'Abd El-Mouttalib ?".
Il répondit : "Je veux l'égorger".
Les dignitaires de quraych ainsi que ses autres fils, les frères de 'Abdullah lui dirent alors : "Par Allah, tu ne l'égorgeras pas jusqu'à ce que tu en sois dispensé par un sacrifice expiatoire, car si tu le fais, les gens ne cesseront d'amener leurs enfant pour les égorger, et ce sera une tradition que tu nous imposeras ! Que restera-t-il des hommes alors ?".

وَاَللَّهِ لَا تَذْبَحُهُ أَبَدًا حَتَّى تُعْذِرَ فِيهِ. لَئِنْ فَعَلْتَ هَذَا لَا يَزَالُ الرَّجُلُ يَأْتِي بِابْنِهِ حَتَّى يَذْبَحَهُ، فَمَا بَقَاءُ النَّاسِ عَلَى هَذَا

Les Koraïchites conseillèrent à 'Abd El-Mouttalib d'aller au Hedjaz et de consulter à ce sujet une devineresse qui avait un djinn à son service. Si elle lui conseillait de l'égorger, qu'il l'égorge, et si elle lui conseillait de l'épargner, il devait suivre son avis.

Ils partirent et arrivèrent à al-Médina, mais ils n’y trouvèrent pas la devineresse. Car elle se trouvait à Khaybar. Ils allèrent donc la voir et 'Abd El-Mouttalib lui exposa son cas et celui de son fils.
Elle leur proposa de revenir après que son djinn lui eut rendu visite, et qu'elle I ‘eut interrogé à ce sujet.
En sortant de chez elle, 'Abd El-Mouttalib, invoqua Allah afin qu'Il lui trouve une solution à son problème.
Le lendemain, ils revinrent chez elle et elle leur dit: "Mon djinn vient de m'informer à ce sujet : « Quelle est la valeur du prix du sang chez vous ? »
Ils lui dirent : «Dix chameaux».
Elle ajouta : "Revenez chez vous, puis présentez I ‘enfant et présentez avec lui dix chameaux ; ensuite, tirez au sort aussi bien l’enfant que les chameaux.
Si le sort est en faveur de I ‘enfant, ajoutez des chameaux jusqu’a ce que votre Seigneur soit satisfait, et si le sort est favorable aux chameaux, égorgez-les à la place de l'enfant, car votre Seigneur sera satisfait et l‘enfant épargné.
Ils revinrent donc à la Mecque et suivirent les instructions de la devineresse.
'Abd El-Mouttalib ne cessait, lui, d'invoquer Allah. Ils présentèrent donc, Abdullah et présentèrent avec lui dix chameaux, puis ils tirèrent au sort ; le sort fut favorable à I ‘enfant.
Ils ajoutèrent ainsi dix autres chameaux ; ils refirent le tirage au sort, et il fut de nouveau en faveur de 'Abdullah ; ils ajoutèrent encore dix chameaux. Ils continuèrent à tirer au sort et, à chaque fois, ce fut le nom de 'Abdullah qui sortait.
Ils ajoutèrent ainsi les chameaux jusqu'à ce que leur nombre se monte à cent.
A la fin, le sort joua en faveur des chameaux. Les Koraïchites dirent alors à, Abd El-Mouttalib, alors qu'il était debout, en train d’invoquer Allah, devant l’idole de Houbal : "Le tirage au sort est terminé, car ton Seigneur est satisfait, ô, Abd El-Mouttalib !".
On rapporte qu'il leur a répondu : « Oh Non, jusqu'à ce que je tire encore trois fois » Il tira donc trois fois encore, et le sort fut en faveur des chameaux. Ils les égorgèrent alors et les laissèrent à la portée des gens.


Cet article est une retranscription des cours donné dans paltalk dans le salon "craignez Allah et Allah vous enseignera". Il est strictement interdit d'utiliser ces notes dans un but lucratif.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://livreislam.forumactif.com
 
Désensevelisement du puits de Zamzam par Abou Talib et le désaccord qu'il y eu à son sujet suivi du voeux d'Abou Talib de sacrifier l'un de ses fils.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cache fils
» elle deteste son fils
» Les fils de... à la WWe.
» fils threadworx
» VOICI UN AUTRE FILS DE MICHAEL JACKSON OMER BHATTI CONFIRME PAR JOE JACKSON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bibliothèque des gens de la sunnah :: Bibliothèque islamique :: E-book et articles :: Sira (vie du prophète) alayhi salam-
Sauter vers: